top of page
73b694_dead3c4488104134ab0c07d266e59da9~mv2.jpg

Nous avons cherché un nom joyeux. Comme notre premier spectacle portait le titre d’une chanson, petit.e.s malin.e.s, on a choisi le nom d’un groupe. Il y a avait dedans le mot « joie », on l’a  pris au sens que lui donne Spinoza, le courage de l’action, et ça ça nous plaisait. On était vraiment content.e.s.

Aucun.e de nous n’a pensé à aller faire un tour sur un moteur de recherche, et c’est comme ça qu’il y a eu un accident. 

Au fil d’une lecture on est tombé.e.s. sur l’origine de ce nom. Sa signification catastrophique. On s’est aperçus que, cherchant la lumière, on avait atterri sur une des parties les plus sombre de l’histoire humaine.

Bon. OK. Le papillon de nuit en plein vol vers l’ampoule se prend la vitre.

Une chose ne va pas sans son contraire. Pas de lumière sans ombre.

Alors on a beaucoup réfléchi, bien sûr. On aurait pu changer, c’est vrai. Mais dans la manière dont on se propose de travailler en répétitions, en représentation, en jouant dehors notamment, il y avait cette chose fondamentale de toujours accueillir le réel, ses imprévus, ce qu’il nous propose. Travailler notre souplesse pour être ouvert.e.es à ce qui vient. Alors on s’est dit qu’on gardait ce nom, qu’on le porterait avec tout ce qu’il contient,

le beau, l’horreur et le souvenir de notre maladresse.

Et peut-être que, si on travaille, si on donne beaucoup et si on s’applique, peut-être qu’un jour on changera la signification de ces mots. Ils ne seront plus la trace de l’abjection de l’Homme mais le nom d’une bande de gens qui essayent à leur manière de fabriquer ensemble des pièces de théâtre qui sont belles.

A lire pour aller plus loin :  Fascinating Fascism by Susan Sontag

bottom of page